couverture de Au cœur de Mai 68

Au cœur de Mai 68

Bruno Barbey (Vu par), Philippe Tesson (Présenté par)

Collection :

31 mai 2018165 x 210 mm — 128 pages — 35
ISBN : 978-2-87868-239-7

Radios, télévision, presse papier… Les médias ont été l’un des grands enjeux des événements de Mai 1968, tant pour le gouvernement que pour les manifestants. Tandis que les affichistes du mouvement mettaient les CRS au micro de l’ORTF, des journaux et des radios défendaient les étudiants.

Bruno Barbey se voit confier par l’agence Magnum, la couverture photographique des événements. Du mois de mars au mois de mai, il saisit la vie des manifestants, étudiants et ouvriers, immortalise les moments clés, les nuits de violences et de confrontations, le cours de ces mois où même l’État a vacillé.

Dès le début des manifestations, toute la presse s’est emparée du sujet, mais seul Combat, le quotidien né sous l’Occupation, est du côté de la jeunesse. Du moins jusqu’à ce que les violences éclatent. Le rédacteur en chef d’alors, Philippe Tesson, propose un texte inédit dans lequel il nous dévoile sa vision des faits.

Au cœur de Mai 68 met en regard ces deux protagonistes, l’œil et la plume qui, cinquante ans plus tard, reviennent sur ces quelques semaines qui ont ébranlé la France.

Bruno Barbey

Bruno Barbey est né au Maroc et détient la double nationalité suisse et française. Il a étudié la photographie et les arts graphiques à l’École des Arts et Métiers, à Vevey en Suisse.
De 1961 à 1964, il a photographié les Italiens en les considérant comme des acteurs évoluant sur une scène de théâtre dans le but de saisir l’esprit d’une nation.
Bruno Barbey a entamé sa relation avec Magnum Photos en 1964. Il en a été le vice-président pour l’Europe en 1978-1979 et président de Magnum international de 1992 à 1995. Durant cinq décennies, Bruno Barbey a photographié sur les cinq continents et couvert guerres et conflits au Nigéria,
au Vietnam, au Moyen-Orient, au Bangladesh, au Cambodge, en Irlande du Nord en Irak et au Koweït. Son travail
a été publié dans les plus grands magazines du monde entier et a fait l’objet d’une trentaine d’ouvrages.
En 1999 le Petit-Palais, à Paris, a organisé une importante exposition des photographies de Bruno Barbey prises au Maroc sur une période de 30 ans. En 2015-2016, La Maison européenne de la photo, à Paris, a montré son exposition rétrospective qui aujourd’hui parcourt le monde. À cette occasion, il a publié son livre-rétrospective Passages.
Bruno Barbey a reçu de nombreuses récompenses pour son travail, dont l’insigne de l’Ordre national du mérite. En 2016 il a été élu membre de l’Académie des beaux-arts de l’Institut de France. Ses photographies, exposées à travers le monde, figurent dans les collections de nombreux musées.

Philippe Tesson

Né en 1928, Philippe Tesson est journaliste, éditorialiste, patron presse et docteur en lettres.
Il fait ses débuts à Combat, dont il sera rédacteur en chef de 1960 à 1974. Il fonde ensuite le Quotidien de Paris, qu’il dirigera jusqu’en 1994, en même temps que les Nouvelles Littéraires, qu’il reprend en 1975. Avec son épouse, le docteur en médecine Marie-Claude Tesson, il fonde à la même époque un groupe de presse médicale et scientifique dont le fleuron est Le Quotidien du médecin.
Passionné de théâtre, il tient depuis 1970 une rubrique de critique dramatique dans différents journaux : au Canard enchaîné de 1970 à 1983, puis à L’Express, et depuis 1995 au Figaro Magazine. Il dirige depuis 2000 les Éditions de l’Avant-Scène Théâtre. Il a repris en 2012 le Théâtre de Poche-Montparnasse, qu’il dirige avec sa fille Stéphanie Tesson et Charlotte Rondelez.
Il poursuit depuis ses débuts une carrière de chroniqueur et d’éditorialiste à la radio et à la télévision dans les domaines de la politique et de la culture. Il a notamment animé l’émission littéraire de France 3 Ah ! Quels titres. Il est actuellement éditorialiste pour le site du Point et chroniqueur chez Radio Classique.
Il est auteur de De Gaulle Premier (1965) et de Où est passée l’autorité ? (2010, en collaboration avec Laurent Joffrin).
Il est officier de la Légion d’honneur et préside le jury du prix Interallié.

À voir aussi