couverture de L’Iconoclaste

L’Iconoclaste

L’histoire véritable d’Auguste François, consul, photographe, explorateur, misanthrope, incorruptible et ennemi des intrigants

Boris Martin

Collection : >

260 x 210 mm — 208 pages — 38,50
ISBN : 978-2-87868-174-1

Le jeudi 14 décembre 2017, Boris Martin donnera une conférence dans le cadre des "Jeudis des MEP" sur le thème : "Regards d'Occidentaux sur la Chine, Auguste François, Waldemar Abegg et Jules Leurquin."
Rendez-vous à 18h30 à la Librairie de l'Asie culturelle et religieuse, 128, rue du Bac, 75007 Paris. Entrée libre. Réservation conseillée (contact@librairie-asie.com)

Lorsqu’en février 1886, Auguste François embarque à bord du Melbourne, il ignore que son existence va basculer. Durant vingt ans, ce consul promis à une belle carrière va parcourir le monde d’un pas volontaire, menant une vie de diplomate-vagabond, s’improvisant explorateur pour la Société de géographie, armé d’un appareil-photo et d’un caractère bien trempé. Misanthrope plus à l’aise en forêt qu’en société, curieux des peuples rencontrés et hostile aux intrigants de tous bords, il ne tarde pas à payer le prix d’une intransigeance inflexible et parfois coupable.
Dépêché en Indochine puis au Paraguay – après un intermède dans le Paris de la Belle Époque –, c’est en Chine, entre 1896 et 1904, qu’il donne la pleine mesure de son tempérament. Là, il s’oppose à Paul Doumer, tout puissant gouverneur de l’Indochine et futur président de la République, bien décidé à construire le chemin de fer du Yunnan au risque d’une guerre avec la Chine. Là, il soutient un siège de 14 jours dans son consulat pour sauver la vie de ses compatriotes. Et là encore, il réalise des expéditions inédites qui lui permettent de cartographier des zones jusqu’alors inexplorées.
« Pour moi, l’idéal consiste à vivre à ma guise, et à ne pas m’enliser dans la banalité. Vivre d’action, et puis, le moment venu, souffl er ma chandelle en souhaitant le bonsoir à la compagnie. » De ce serment, Auguste François aura fait sa vie, illustrée ici par ses photographies – parmi les premières de cette région d’Asie – et de ses correspondances. Le récit témoignant d’une époque épique autant que d’une destinée unique.

Cet ouvrage a été réalisé avec le concours de l’Association Auguste François
Créée à Paris en 1990, l’Association Auguste François (A. A. F.) s’est donné pour but de faire connaître le personnage d’Auguste François. Elle a ainsi entrepris le recensement, la sauvegarde et la publication de son œuvre. L’association conserve une partie importante de ses écrits et de ses photos. L’A. A. F. est notamment à l’origine de la publication de l’ouvrage Le Mandarin blanc. Souvenirs d’un consul en Extrême-Orient 1886-1904, L’Harmattan, 2006 (textes rassemblés et présentés par Pierre Seydoux).
Pour plus d’informations sur l’A. A. F. : http://augfrancois.chez-alice.fr

Boris Martin

Boris Martin est l’auteur de nombreux essais, récits et fictions, traduits dans plusieurs langues. Il a notamment publié Hong Kong, un parfum d’éternité (Elytis, 2010), Chronique d’un monde disparu (Seuil, 2008) et « C’est de Chine que je t’écris… » (Seuil, 2004).

La presse en parle

Exposition photographique à Vendôme en 2014-2015.

À voir aussi